Archives de tags | nouveau regard sur la personne handicapée

Miss Espoir sur Handinewlook

Miss Espoir« Etre handicapé n’est pas une fatalité. Les handicapés doivent prendre leur destin en mains. Ils doivent se battre et quant à la société, elle doit porter désormais un nouveau regard positif sur la personne handicapée ».

Artiste  chanteuse, initiatrice du projet cœur d’or et de beaucoup d’autres projets sociaux, femme battante, activiste et très dynamique malgré son handicap physique, l’artiste béninoise connue sous le nom «Miss Espoir » a accepté nous dire quelques mots pour clôturer ce mois dédié à la femme.

 Présentez- vous aux lecteurs de Handinewlook?

Enagnon Omonloto Ahmanda, je suis née le 24 Janvier 1980 à Porto-Novo. Artiste dès mon jeune âge malgré mon handicap physique, je fus entraînée, encouragée par mes aînées. Déterminée, je me mets au service des plus démunis. Des concerts aux prisonniers, aux malades mentales de Jacquot, je suis engagée pour un nouvel espoir dans la société.

Femme au cœur d’or, vous êtes aussi l’initiatrice du projet cœur d’or. Parlez-nous un peu de ce projet ?

En plus de ma carrière d’artiste, je milite pour la couche des enfants défavorisées.  L’idée est de rendre ces couches heureuses. J’organise alors les premiers dimanches de décembre, avec l’aide de mes pairs artistes, un concert dénommé Cœur d’or  dont l’entrée est conditionnée par un don. En effet c’est un concert pour la collecte de vivres qui sont distribués aux familles, enfants abandonnés et prisonniers.  La 4ème édition a eu lieu en Décembre passé

Quelles sont les raisons qui vous poussent à vous investir dans le social

Je fais du social car je sais ce que cela fait de se sentir seul.  En tant qu’ handicapée, je suis en quelque sorte une personne déshéritée. Et mes parents, à cause de mon handicap n’ont pas trop investi  sur moi. Je n’ai pas beaucoup étudié. Je les ai quittés très tôt et j’étais livrée à moi-même. J’apporte alors mon soutien et mon amour aux démunis pour leur donner du sourire. J’ai alors décidé de faire de grands concerts pour collecter des fonds et des vivres pour les enfants orphelins, les handicapés, les prisonniers et personnes se trouvant dans les centres psychiatriques.

 En tant que personne handicapée, quels sont les difficultés que vous rencontrez dans l’exercice de votre profession d’artiste ?

Dans ma profession d’artiste, les difficultés sont nombreuses. Je suis limitée dans mes prestations scéniques. Je ne peux pas danser et sauter comme les autres artistes. Je passe après les autres. Ce qui explique mon absence sur les grandes scènes du pays. Je suis souvent marginalisée.

Est-ce qu’il vous est arrivé d’être défavorisée ou déconsidérée à cause de votre handicap ?

Dans une société comme la nôtre,  défavorisé ou déconsidéré les handicapés est très courante. Je  crois que je ne fais pas exception. Les handicapés ont beaucoup de défis à relever et ceci depuis leur enfance.  Dans une  société qui les regarde comme  un être inutile,  il leurs faut se battre doublement pour mériter la place qui leur revient.  On ne t’engagera pas parce que tu es handicapé. Les handicapés sont très souvent marginalisés. Comme preuve palpable, c’est très courant de voir certains directeurs d’entreprises demander une photo complète des postulants. Les personnes handicapées sont automatiquement écartées. Un simple exemple personnel pour illustrer ce que je dis : on ne m’invite jamais à des concerts. Un autre exemple, certains refusent de me faire défiler au cours des soirées de défilés de mode.  Malgré que j’aime la mode et j’ai la taille, je ne peux pas défiler.

Nous clôturons le mois de la femme, avez-vous un mot à l’endroit de la femme ?

Je peux dire que je suis fière d’elle. De plus en plus, les femmes s’illustrent par leur présence remarquable dans les prises de décisions et leur rôle important dans le développement d’une nation. Nous devons continuer à nous battre

Que conseillez-vous aux handicapés qui se découragent ?

Aux personnes handicapées, je dirai de ne jamais se décourager, de ne pas être aigris étant donné que les gens nous considèrent autrement. Nous resterons toujours des personnes handicapées.

En tant que personnes handicapées, elles doivent se battre doublement même triplement si elles le peuvent, surmonter les regards négatifs de la société  et montrer leurs compétences. C’est en faisant ainsi avec l’amour qu’elles donneront qu’elles pourront espérer transformer le regard des autres. Avoir le courage et la force de le faire. C’est possible.

Votre mot de fin

J’invite tous les populations à changer leur regard sur la personne handicapée, lui donner la chance de démontrer ses compétences. A mes sœurs et frères handicapés, je leurs demanderai une fois encore de se battre, de se battre pour leurs rêves, de se battre pour leurs croyances, de se battre pour leurs futures.

Nouveau regard sur la personne handicapée

cropped-baniere2.jpg

La définition du mot handicap ne fait pas l’unanimité à cause de la diversité dans la qualification (incapacité, invalidité, obstacles, barrières, stigmatisation, etc…)

Abondant dans le même sens, la Convention des Nations Unies relative aux Droits des Personnes Handicapées adoptée par l’Assemblée Générale en 2006 et ratifiée par le Bénin le 05 Juillet 2012, mettant l’accent sur la possibilité d’interaction avec l’environnement définit : « Par personnes handicapées on entend des personnes qui présentent des incapacités physiques, mentales, intellectuelles ou sensorielles durables dont l’interaction avec diverses barrières peut faire obstacle à leur pleine et effective participation à la société sur la base de l’égalité avec les autres »

Des perceptions construites autour du handicap empêchent les personnes porteuses de jouir pleinement de tous les Droits Humains car considérées comme des êtres d’exceptions.

Les personnes en situation du handicap constituent donc une couche à besoins spécifiques. Et cette spécificité donne lieu dans nos sociétés africaines et particulièrement au Bénin à de multiples interprétations qui pour la plupart tirent leur source des héritages sociaux culturels : « la personne Handicapée est une divinité, une personne malade, un inadapté, un incapable, le fruit d’une sanction venant des divinités, une honte bref une ‘corruption de l’espèce humaine’ ». Par ailleurs, selon Bienvenu Bio BONI, un écrivain non voyant béninois « toutes les personnes vivent un handicap qu’elles ignorent car animées par une validité apparente».

Ces différentes perceptions construites autour du handicap empêchent les personnes porteuses de jouir pleinement de tous les Droits Humains car considérées comme des êtres d’exceptions.

Croupissant ainsi sous le poids des pesanteurs socioculturelles et faisant objet de façon quotidienne des discriminations tant sociales qu’institutionnelles, cette couche vit dans le dénuement total, dans l’oisiveté, se livre à la mendicité, bref elle vit le handicap comme une fatalité

La personne handicapée doit éviter la fatalité.  Elle doit se rendre compte désormais qu’elle est dotée d’énormes potentialités, qu’elle est compétente et capable d’émerveiller le monde

Loin de se livrer à un exposé théorique des problèmes auxquelles cette couche est confrontée au Bénin outre les dispositions juridiques prises à leur profit, ce blog se veut un espace qui permettra à la personne porteuse du handicap d’assumer non seulement son handicap vis-à-vis de la société à laquelle elle appartient de façon entière, faire face aux nombreux problèmes auxquelles elle est confrontée en y apportant des solutions appropriées, se rendre compte qu’elle est dotée d’énormes potentialités, qu’elle est compétente et capable d’émerveiller le monde, contribuant ainsi résolument au développement durable de son milieu et de sa nation.

Ce blog est un espace aussi à vous chers lecteurs, vous qui vous donnez des raisons pour ne pas vivre votre vie, vous qui pensez que la nature est contre vous, vous qui vous acharnez contre votre sort.

Il est là pour vous rassurez que quelque soit vos faiblesses et là où vous êtes, vous n’avez pas de raison pour ne pas réussir. Pour finir, ce blog veut amener la société toute entière à porter un nouveau regard sur la personne en situation d’handicap et ceci dans une démarche inclusive pour une intégration réussie dans la vie socio-économique, professionnelle et politique de notre pays.  Car toute personne a un handicap (apparent ou non apparent)

« Le handicap n’existe que dans le regard de l’autre »